Maison Provinciale : le Collège exige des mesures au bénéfice des riverains

Dès l’entame du projet de la Maison Administrative Provinciale, le Collège communal a formulé ses craintes et a été conscient que les aspects de mobilité étaient préoccupants. Il partageait pleinement les inquiétudes exprimées par la population de Salzinnes.

« Comme à notre habitude, nous souhaitons que les projets d’envergure puissent se concrétiser sans compromettre le cadre de vie de ses habitants, et sur ce dossier je pense que notre vigilance et les mesures d’accompagnement mises en place sont absolument nécessaires » explique l’Echevine de l’Urbanisme Stéphanie Scailquin.



 Avant les procédures légales dans le cadre du permis unique, la Ville a, à de nombreuses reprises, attiré l’attention du Collège provincial sur ses préoccupations. La Ville a demandé, et obtenu, que la Province réalise une étude de mobilité complète et réaliste ; ce qu’elle a fait. Celle-ci a émis un grand nombre de recommandations qui complètent le Plan de Mobilité réalisé par la Ville sur Salzinnes.
Par ailleurs, lors de l’enquête publique, denombreuses réclamationssur ce thème de la mobilité ont été enregistrées. Elles concernaient :
-       la circulation, le stationnement, les répercussions sur le quartier et ses habitants, la sécurité des usagers ;
-       le risque de parking sauvage ;
-       le plan de circulation interne et externe, les voiries mal adaptées ;
-       le besoin d’améliorer les conditions de circulation des déplacements doux.
 
En mai dernier, pour répondre à ces doléances et à ses propres inquiétudes et dans le cadre légal de la demande du permis, le Collège a donc rendu un avis favorable MAIS largement conditionné surtout en ce qui concerne la mobilité. 
 
Les mesures fortes que la Ville a imposées à la Province conditionnent la réalisation du projet, sans elles il ne peut être réalisé
 
Elles visent les objectifs suivants :

Fluidifier et sécuriser le trafic :
- réaliser une voirie avenue Woitrin aménageant par là une nouvelle entrée et sortie au site ;
- remodeler le plan de circulation : faciliter les entrées et sorties, réaliser ou réaménager plusieurs carrefours routiers, modifier au besoin les priorités et carrefours existants, réaliser des boucles giratoires au sein du site ;
- encourager l’usage des transports en commun en portant attention aux bandes de bus dans le plan de circulation ;
- favoriser les déplacements doux : aménager la jonction des modes doux au RAVeL, réaliser la liaison entre les cheminements doux (le pont du chemin de fer, le halage, le RAVeL), éclairer le RAVeL, fluidifier les cheminements vers les arrêts de bus et services à proximité.

Mutualiser des espaces en faveur des riverains :
- accorder un accès aux riverains aux parkings pendant les weekends et jours fériés ; 
- rendre public l’accès à l’ascenseur PMR ;
- rendre les infrastructures internes au site comme les jardins accessibles au public ;
- instaurer une zone bleue dans un périmètre à définir aux abords du site provincial (demande expresse des riverains).

Intégrer le projet à son espace environnant, respecter le voisinage :
- planter un rideau d’arbres le long du mur mitoyen des jardins de la rue de l’Abbaye ;
- préserver les arbres existants durant tout le chantier.
Le nombre et l'importance de ces contraintes a démontré que le Collège souhaitait prendre toutes les mesures indispensables pour préserver la mobilité à Salzinnes et la quiétude des habitants.
 
 
Début août, la Wallonie (les fonctionnaires technique et délégué) a délivré le permis autorisant la réalisation de la MAP.Cet octroi de permis reprend de nombreuses conditions émises par la Ville, toutefois, le Collège communal regrette que la condition essentielle de réaliser une nouvelle voirie impliquant un franchissement des voies ferrées vers la rue Woitrin n’ait pas été reprise. 
 
Cette voirie, nécessaire pour assurer la quiétude du quartier et la sécurité de tous les usagers,créerait une nouvelle entrée et sortie du site de la MAP en amont de Salzinnes et donc permettrait de désengorger la circulation. Cette route permettait également la création d’un Parc Relais, indispensable pour désengorger le cœur de Salzinnes de la circulation de transit. Sans elle, la Ville ne peut accepter la construction de la MAP.
 
Le Collège communal s’est dès lors posé la question de l’introduction d’un recours auprès du Ministre pour exiger que cette condition soit imposée (voir projet de délibération du Collège communal du 9 août 2018). L’issue d’un recours restant toujours aléatoire et la Ville voulant atteindre son but, la voie de la négociation avec le Collège provincial a été privilégiée.
 
Voilà pourquoi, le Collège communal a imposé au Collège provincial, au-delà des conditions émises par le fonctionnaire délégué dans le cadre de la délivrance du permis, de réaliser et financer cette jonction ; ce qu’il a accepté.
C’est ainsi que le Collège provincial s’est engagé auprès de la Ville à réaliser un franchissement des voies ferrées à hauteur de la rue Woitrin permettant la création d’une liaison entre le site du campus provincial et de la maison administrative avec la rue Woitrin. 
Cette décision nous étant parvenue avant la fin du délai de recours, le Collège communal n’a dès lors pas entamé cette procédure de recours.
 
 
Sans se prononcer sur la pertinence du dossier, le Collège considère qu’il a pris les mesures maximales qui relevaient de ses compétences (et même plus encore) pour réduire les nuisances du projet de la Maison administrative provinciale dans le quartier de Salzinnes. Le respect du cadre de vie des riverains comme la mobilité sur Salzinnes sont et restent la seule préoccupation du Collège communal dans le cadre de la réalisation de la MAP. 
 
 
 


Maison Provinciale : le Collège exige des mesures au bénéfice des riverains





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Septembre 2018 - 04:21 Namur : recensement des kots

Vendredi 7 Septembre 2018 - 04:21 L'ecran des faisables